La Gazette d'Imvu

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur imvu...
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 petites histoires comme ça de célibataires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
thythy



Messages : 28
Date d'inscription : 09/03/2010
Age : 42
Localisation : selon le sens du vent...

MessageSujet: petites histoires comme ça de célibataires   Lun 15 Mar - 2:49

La Triste Histoire De Magenta


Age: 17 ans.
Taille: 1,68 métres.
Poids: 54 Kg.
Cheveux: Rouge Magenta.
Peau: Orange avec des teintes rouges.
Yeux: Rouges.
Signes particuliers: Une peau légerement écailleuse.
QUALITES ET DEFAUT.
Qualités: courageuse, naive, instinctive.
Défaut:maladroite, manipulatrice, capricieuse.
HABITUDES: Magenta a passé la majeure partie de sa vie à fuir et à se cacher, aussi elle n'a pas vraiment d'habitudes.
PEUR:Elle a vu mourir le peu de gens qu'elle a aimée, maintenant, elle évite de trop s'attacher aux autres de peur de souffrir encore en voyant un être cher partir.
BUT: Vivre en paix sans devoir fuir.
PERSONNALITES: Magenta n'est pas a ce qu'on appele une jeune fille timide, même si elle se montre un peu méfiante, elle accorde trés vite sa confiance si on s'occupe un peu d'elle. Trés attentive, elle écoute systematiquementr ce que lui dicte son instinc, que ce soit pour le pire comme le meilleur. Cela dit, malgré cette crédulité qu'elle affiche, c'est aussi une tueuse impitoyable, surtout quand on s'en prend aux gens qu'elle aime.




devant l'assemblée réunies autour du feu, le barde Ladriel, prend alors sa lyre et se met à conter la triste histoire de Magenta.

Tout avait bien commencé pour Scalyanne Vérandiel. Fruit de l'union d'un dragon et d'une humaine, cette magnifique rousse à la peau de feu grandi dans son petit village où elle fut trés tot remarquée par son don pour le chant et la musique. Meilleure éléve, elle sera pourtant chassée de son école quand les premiers changements dûs à son héritage commencéront, et lorsque sont apparues ses ailes, sa mére et elle dure fuir leur village et parcourir les routes de ville en ville, jusqu'à trouver un refuge où la difference de Scalyanne ne serait plus un probléme et enfin vivre en paix. Cela dit, elle ne comprennait pas pourquoi elles n'avaient plus de maison où vivre, souvent elle demandait à sa mére.
"- pourquoi les gens ne nous aiment pas maman? demandait elle souvent. C'est parce que je suis pas comme les autres?
- Oui ma fille, les gens n'aiment pas ceux qui sont differents. Certains ont parfois peur!
- C'est mal alors d'être pas pareil?
- Non, ce n'est pas mal... Au contraire, tu as un don Scalyanne. C'est l'héritage de ton pére. Ca te rend supérieur aux autres gens, et tu doit être fier de ce que la nature t'as donnée."
Au bout de deux années, ils trouverent finalement refuge à Eldalar. Sa mére trouva un travail de serveuse chez au aubergiste, ancien aventurier à la retraite qui n'avait pas de préjugés sur les demi-dragons. Là, ils pouvaient enfin arreter de fuir... du moins s'il n'avait pas eu cette fameuse nuit. Ce soir là, Scalyanne était sortie quand la fête battait son plein dans l'auberge... quand elle revint, c'est un horrible carnage qu'elle retrouva. Tous ceux qui étaient présent avaient été massacrés, sa mére comprises. Elle ne pu même pas lui dire au revoir.
A ce moment, un nain se présenta à elle sous le nom de Albnar Rochéfritte et lui raconta les faits auxquels il avait survécu, et se proposa de l'accueuillir, ne pouvant se résigner à laisser une enfant seule dans une si grande ville.
"- Comment te nommes tu jeune fille aux cheveux magenta?
- Scalyanne. Repondit elle en pleurs.
- Toi et moi sommes les seuls survivants. Tu as de la famille ici?... Non, si tu acceptes de me suivre, je pourrai t'aider. Tu sera avec d'autres enfants. Tu veux venir.
Scalyanne opina et suivi le nain. Là-bàs, elle se trouva avec d'autres enfants qui comme elle avait perdi les leurs.
Durant ses années, auprés de ce nain, Scalyanne apprenait l'art de la dissimulation et de tuer. Ce dernier lui disait pour la motiver que les gens qu'elle assassinait était des êtres vils qui ne reculaient devant rien pour s'enrichir, qu'elle protégeait d'autres enfants de la guilde. Et c'est ainsi qu'elle devint un assassin redoutable.
C'est l'année de ses 15 ans qu'elle rencontra un jeune demi-elfe nommée Laraldorn. Trés vite, ce fut passionnel entre les deux sang-mélés tant qu'elle songeait à quitter la Guilde pour vivre avec son jeune ami.
Le destin allait encore la frapper car Laradiel sera retrouvé assassiné. Aprés quelques jours de chagrin dont elle n'est toujours pas complétement remise, elle compris qu'elle ne voulait plus jamais travailler pour Rochéfritte. Ce soir là, le vieux nain était ivre et il n'avait plus cet air sage qu'elle avait l'habitude de voir.
" - Maitre. Je vais partir.
- Tu vas quoi? Partir?
- Oui.
- Ahaha... tu crois que tu peux quitter la guilde comme ça? l'air sournois.
- Maitre, j'ai promis à laradiel que j'arrêterai tout ça.
- Ton Laradiel, il est mort. Tu N'as pas d'autres choix que de rester.
- Je dois partir.
- Tu restes. Tu m'appartiens, tu es à moi, tu comprends. A MOI!"
Scalyanne fut surprise de sa réaction. Elle croyait que celui-ci la laisserai partir, au lieu de ça, elle se sentie traitée comme un objet et ne pu répondre.
- Pourquoi crois tu que je t'ai recueullie? Pour que tu serves mes intérêts! Tu croyais que c'était par compensation peut-être? Pauvre idiote que tu es, seul tes pouvoirs m'intêresse chez toi! Pourquoi crois tu que j'ai imaginé ce scénario, le jour où ta mére est morte. Hé oui, stupide garce, c'est moi qui est fait tué ta mére comme j'ai tué ton petit ami. Tu aurais du voir comment il a rampé à mes pieds pour que je lui accorde une once de pitié.
- Vous.. c'est vous qui les avait tués.
- Oh oui, et je tuerai tous ceux qui s'approcheront de toi. Tu es et sera à jamais mon...
Le vieux nains ne finira pas sa phrase, la jeune fille se jeta sur lui et serrait les mains autour de la gorge, exerçant sur lui une pression de plus en plus forte. Tandis qu'elle le tuait à mains nues, des larmes de sang coulaient sur ses joues. Les derniers mots que Albnar Rochéfritte entendait étaient ceux ci.
"Plus jamais tu ne fera de mal à ceux qu'aime MAGENTA."



Magenta, désormais se sera son nom. Ce départ depuis Eldalar était l'occasion pour elle de recommencer une nouvelle vie, une autre vie qui commença le jour où elle arriva à Tyrilion et rencontra une femme à la peau et aux cheveux pàles nommée Trystallia D'Amariin. Comme elle, il coulait dans cette femme le sang d'un dragon et avait souffert de l'ignorance des humains.
Alors qu'elle faisait connaissance, un autre demi-dragon du nom de Valandil se présenta à eux en contant en draconnique les histoires de l'ancien temps.
C'est alors que Trystallia leur présenta son projet qui emballa Magenta. Cette derniére avait pour idée de construire sur d'anciennes ruines dans un endroit nommé le Cratére, une forteresse où les hybrides draconniques pourraient enfin vivre en paix, elle avait déjà soumis quelques impures qui adoraient un dragon mort nommé Kalakos et les travaux avançaient doucement.
Les choses par contre n'étaient pas si simple, nombreux sont les factions qui peuvent se montrer hostile et certains accords devaient être pris pour vivre en paix. Seuls le dracoliche Kalakos et les gardes de Tyrilion avaient acceptés un accord de non-agression. Magenta pouvait librement aller à sa guise dans Tyrilion, une ville protégée par des hybrides argentés, et vivre au Cratére, impatiente que celle-ci soit finie.
Magenta se sent enfin libre, et savoir qu'elle n'a plus à se cacher et qu'elle n'est plus seule la rend de plus en plus détendue.



Tout se passe bien Magenta. Elle s'est même fait une amie halfing.
Elle a également recontrer une autre hybride comme elle, mais le courant ne passe pas rés bien entre les deux. Magenta se dit que le comportement de Kazielle, qui s'avére être la soeur de Trystallia, doit être due au fait qu'elle est vieille.
En effet, Magenta trouve le langage grossier de Kazielle trés vulgaire et extrémement choquant.
D'ailleurs, elle a pas aimé ses allusions sur sa virginité. La seule chose que Magenta semble apprécier chez elle, c'est un gout pariculier et connaisseur pour la musique, lui donnant par là envie de faire un effort.
Quelques temps plus tard, elle croisa à nouveau Kazielle. Encore une fois, les échanges entre les deux hybrides fut houleux. Cette fois ci, il s'agissait de la tenue de Magenta, Kazielle l'a trouvée trop légére pour une jeune fille, aussi forte soit elle.
Magenta lui demandais de quoi elle se meler, et que c'est pas à une femme aussi grossiére de lui dire ce qu'elle doit faire. Aprés cette échange, elle claqua la porte et partie vadrouiller en ville. En Colére.
Ces deux là allaient avoir de drole de relations.



c'est par un soir d'automne que Magenta trainait, seule à la recherche de fleurs pour décorer sa tente au cratére. Plus tôt dans la semaine, elle était allée à Sneille avec Valandil et c'est de là-bas qu'elle revenait. Toute contente.
Tout allait bien quand un nain, par sa présence stupide et ces fausses ailes de dragon rouge se metta sur son chemin. Cela suffisait pout mettre Magenta hors d'elle même. Ses yeux commencérent à pleurer des larmes de sang et ses ailes s'enflammérent avant qu'elle ne se jette sur le ain pour la battre.
Malheureusement, un disciple du dragon d'argent, un garde appris t'elle par la suite, l'empécha d'assouvir sa colére, et même l'intervention d'une hybride, apparement aussi pure, ne pu empêcher ce garde d'abuser dson autorité. Heureusement, cette draconnique pu s'enfuir.
Magenta avait été bien traitée dans sa cellule, elle eu même pu recevoir la visite de Valandil qui lui promis de sortir. Effectivement le lendemain, Trystallia la libera de sa géole.
Une fois qu'elle eu mangé à sa faim, Magenta s'effondra en larmes dans les bras de Trystallia. L'épreuve avait été trop dur pour elle...
Peu de temps àprés, elle fit connaissance d'une nouvelle amie, une elfe semi-dragonne comme elle nommée Elrang qui partage comme elle les mêmes gouts.
Quelques temps plus tard. Apres que Kazielle fut blessée par une brute dans la forêt des gobelins, Magenta eut une révélation sur les nains. Elle appris qu'il y avait de sorte deux nains. Certains oeuvrent pour le bien tandis que d'autres sont vils et cupides, tels celui qui avait tué sa mére et Laradiel. Ceux là étaient appelé duergars et étaient les ennemis des nains qui vivent dans la région. Ils racontent qu'ils commercent avec les drows, des elfes dégénérés à la peau sombre qu'Elrang ne portent pas dans son coeur. Peut etre est ces mêmes elfes qu'elle avait croisé avec les siens lors d'une sortie dans la forêt, il y a quelques temps de ça.



Cette révélation eut lieu lorsque dans les bois, Trystallia parti "conseiller" le grand abruti qui avait failli tuer sa soeur de ne plus s'aviser de recommencer, et Magenta promis donc de ne plus s'en prendre aux nains de la région, à condition que ceux ci ne la provoquent pas.
Le lendemain matin, elle racontait les péripities de la vieille à Valandil qu' elle décida d'emmener faire les boutiques afin de mieux l'habiller.
Mais le destin joua à nouveau contre, ses compagnons l'abandonnérent à son tour car personne n'arrivait à s'entendre. Quand à Valandil, il parti au loin àprés qu'elle lui est déclarée sa flamme, ne supportant plus la malédiction qui était la sienne.
A nouveau seule, elle rumine, et dans sa souffrance, elle rejette et méprise le monde qui l'entoure.


Dernière édition par thythy le Lun 15 Mar - 2:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
thythy



Messages : 28
Date d'inscription : 09/03/2010
Age : 42
Localisation : selon le sens du vent...

MessageSujet: Re: petites histoires comme ça de célibataires   Lun 15 Mar - 2:51

là c en fait un Bg que j'ai du écrirepour un Rp, mais j'aime bien le style

Le Debut Et La Fin.


Il fait nuit, dans un petit bar forestier, un rouquin, ses lunettes de soleil encore sur le nez, discute avec une âme solitaire littéralement pendue a ses lèvres.



"La vie est un truc vraiment étonnant, la mienne a changée un fichu soir de janvier.
Mais laissez moi m'présenter Mam'Zelle, avant d'vous conter mon histoire.
J'm'appele Giles Desonne, plus connu sous le nom de Giles la Chance...
C'est comme ça qu'on m'appelait à l'époque du bled...
La chance? Douce ironie car j'avais plutôt l'habitude de trainer une poisse d'enfer.
Ce soir là, j'devais me rendre chez une vieille connaissance, une méchante dette à régler. Le genre de dettes où si on est pas dans les temps, votre prêteur a tendance à vous laisser un avertissement plus ou moins douloureux...
Enfin! Vous voyez c' que j' veux dire n'est ce pas?
Cela dit, àprés ça, j'esperait me ranger comme on dit, plus de casses en perspective. Prendre le droit chemin. Mener une vie normale. Trouvez une nana qui m'aime comme je suis et me marier. Oh, pas LA maison avec; grande barriére blanche, ptit chien chien à mémerre et les gosses jouant dans le jardin, non, juste une vie normale.
Mais mon destin verra les choses autrement.
Enfin bref! Aprés une longue route, je pause ma bécanne, je m'arrête ici, dans ce même petit bar forestier tellement tranquille.
Personne, juste les habitués; un petit couple de beaufs, un vieil alcoolo, juste une chose inhabituelle: Cette grunge dans son coin d'ombre au fond du rade...
Mignonne ma foi, froc en cuir, T-Shirt moulant quoiqu'un peu sauvage avec son air de rebelle juvénille.
Vous savez, style, tu l'emmerdes et tu t'prends un coup de pétoire dans la gueule.
Et ce regard... Un regard qui te file des frissons dans le dos, comme si toute son humanité avait fichu le camp, malgrés cela elle me fascinait tout en me terrorisant.
pourtant jsuis po du genre poltron comme tu vois...
J' commande au patron une biére, tout en mattant la gonzesse...
j' lui fais en petit sourire qu'elle me rends. J' me dit que j'ai la côte.
J'aurai bien engagé la conversation avec la petite, mais l'autre fou m'attendait...
Ouais, j'me dit, Giles la Chance...Tu parle!
Encore une fois, ton manque de bol vient te les briser.
J'ai finit ma biére, jsuis sorti du bar,
laissant un regard furtif à cette fille et a son mystère...
Le temps d'une clope et j' redémarre la bécane pour r'prendre ma route.
Bien évidemment, c'était encore une soirée de merde...
voilà que j'tombe en rade en plein milieu d'la forêt...
BORDEL DE SALOPERIE DE MACHINE!!! Et en plus ça caille à mort...
Pas trop le choix, il me faillait voir ce qui déconnait.
Une heure pour réparer cette ferraille, et que dalle.
C'est alors que j'ai senti une présence. Un regard s'attardait sur moi.
La grunge sauvageonne, la même fille qu'au bar.
J'étais surpris de la voir ici, par ce temps et au milieux de nulle part.
J'la salue à nouveau. J'connaissais toujours pas son nom.
Elle me dit qu'elle habite seule dans une cabane en pleine forêt, non loin d'ici,
que j'ai qu'à attendre le lend'main avec elle.
Elle propose même de m'aider à trouver un garagiste.
J'repense à mon rencard. De toute façon, j'suis à la bourre. J'accepte.
J'pousse ma bécane en la suivant sur un sentier...
Au bout d'une demi heure j'arrive dans une sorte de clairiére...
et j'y appercoit la cabane... Une vieille bicoque en rondins...
le genre de cabane de chasseurs, t'imagine?
J'rentre, elle m'propose alors un café.
Putain que j'le prend ce café, c'est que je me les cailles...
Et pourtant, j' suis pas du genre douillet...
Ca va me rechauffer un brin.
Quand à la nana, je me demande comment elle fait pour pas avoir froid.
J'me dit qu'elle est pas frileuse, surement élevée a la dure, c'est tout.
On commence à discuter un peu, je lui raconte ma vie, orphelin, partagé entre le rock, les casses de bagnoles, et tout ces crétins qui ne m'avaient jamais laissé ma chance. Bref, une vie remplie d'emmerdes et une foutue dette qui risquerai de mettre une fin à mes jours prématurement.
Elle me raconte elle aussi son histoire.
Bizarement ce qu'elle me conte semble tout droit sortit d'une autre époque,
et melé de tant d'étrangetés que je cru sur le coup qu'elle me racontait des conneries.
J'appris que ma belle inconnue ce nommait Ellareis.
Ensuite, elle m'a proposé un truc.
J'y ai rien pigé mais j'ai accepté, j'avais envie d'elle.
Elle m'a sauté dessus, j'pensait m'en tirer avec les bourses un peu plus légères,
lorsque j'ai sentit ses crocs s'enfoncer dans ma gorge,
cette petite brute semblait peser une tonne, je n'ai rien pu faire pour me liberer,
je crois que je me suis évanouis...

J'me reveille plus tard... elle est encore là, elle me regarde.
Je me sent étrange. Je crois qu'il y a un truc de différent, j' me sens comme...
Comment dire... plus fort, tellement mieux!
"Bienvenu parmis nous" me dit elle.
J'comprends rien, ma vue n'est plus la même,
j'ai l'impression que mon sang bout dans mes veines.
" Tu vas vite comprendre jeune Gangrel" me dit Ellareis.
Ce qui fut étrange, c'est la faim, cette soif insatiable.
J'essayais de manger, mais en vain, le pain me brulait la gorge,
sans parler de l'effort que j'ai du faire pour pouvoir le digerer...
Il me fallait autre chose mais quoi?
Ellareis entaillia son poignet, "Je vais étancher ta soif mon infant"
Je fut attiré par son sang comme une abeille par le miel,
et lorsque je le bu, j'eu l'impression de jouir,
ce que je ressentit etait un million de fois superieur a l'orgasme humain,
un morceau de paradis maudit me coulait dans les veines...
J'entendit un soupire j'en déduit qu'elle aimait cela elle aussi.
Elle retira son poignet doucement,
"Tssss tssss tsssss, il est temps de t'apprendre a chasser maintenant"

Un cri vite étouffé, du sang vite avalé, un corps bien camouflé.
J'venais de boire pour la seconde fois.
C'était étrange mais à la fois si jouissif, j'me sentait comme plus fort, invincible.
J' venais de piger ce que j'étais devenu... Ellareis m'aida a comprendre.
Finalement, ce soir là, la chance avait enfin tourné.
On m'offrait une nouvelle naissance, plus prometteuse que la première.
J'ne suis plus Giles La Chance, je suis Ladriel.
J'comprennait trés vite ce que j' devais faire pour survivre dans cette nouvelle vie,
et j'appris les rites qui sont ceux de notre clan.
Notre clan, enfin une famille a laquelle appartenir.
J'appris les coutumes et les régles des notres, je fut présenté a la camarilla.
Ca me plaisait.
Quant à ma dette, elle est réglée définitivement et j'ai fait payer le prix fort, mais
pour une fois, ce n'est pas moi qui ai trinqué.
Disons que je me suis un petit trop énervé et cela a changé ma vision des choses.
Mais mes nouveaux amis m'ont appris à controler ma rage et voilà où j'en suis aujourd'hui, libre et respecté tel que je suis.

Voilà mon histoire la miss... Mais ce n'est qu'une histoire bien entendu.
Si on allais admirer le clair de lune?

Il sorti du bar accompagné de la jeune fille
et l'entraina avec lui dans le bois.
Il avait faim et devait se nourrir.
"Dommage, elle etait si belle... et si seule"
pensait-il. Il cacha le corps sans vie prés d'une riviére et s'en retourna
auprès de son mentor dans sa cabane au coeur de la foret.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
petites histoires comme ça de célibataires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mon Nabz et moi! (Petites histoires)
» Mes petites histoires que j'ai inventé
» Petites Histoires sur les lieux de Londres
» Petites histoires ^^
» Le pire du pire (Petites histoires de poisse)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Gazette d'Imvu :: Petites Annonces :: Célibataires ... à vos plumes-
Sauter vers: